Editions - Librairie Catholique - Sainte-Agnès                                                            Accueil Présentation Catalogues Contactez-nous Prières et textes      

  Accueil » Catalogue » • Liturgie » Mon compte  |  Voir panier  |  Commander   
Catégories
• LES INEDITS
• RELIQUAIRES
• Apologétique
• Cosmologie / Vision du monde
• Ecriture Sainte
• Exégèse
• Instruction religieuse
• La famille / Education
• La Grâce
• Le Nom divin
• Linguistique
• Liturgie
• Livres illustrés
• Patristique
• Philosophie & Politique
• Piété
• Religions antiques
• Sacrements et sacramentaux
• Symbolisme
• Textes du Magistère
• Théologie
• Vie des saints
Titres

par ordre alphabétique :

Recherche rapide
 
Utilisez des mots-clés pour trouver le produit que vous recherchez.
Recherche avancée
Histoire et symbolisme de la Liturgie, par A. Lerosey. 42.00EUR
Histoire et symbolisme de la Liturgie, par A. Lerosey.
Cliquer pour agrandir
  

Histoire et symbolisme de la Liturgie , par A. Lerosey, Prêtre de Saint-Sulpice, Maître des cérémonies et Professeur de Liturgie au séminaire de Saint-Sulpice.
 
15 x 21 cm, pages.
 
   « La liturgie est par excellence une science mystique : ce qui ne veut pas dire une science d’imagination et de rêverie, mais une science de mystères, la science des mystères de la foi. Mystères et mystique : ces deux mots sont corrélatifs ; et il a fallu le dénigrement, jeté par l’incrédulité voltairienne sur nos sacrés mystères, pour fausser, dans un grand nombre d’esprits, le sens vrai de cette grande parole de la langue chrétienne : mystique » écrivait le R. P. Lerosey dans l’introduction de son magistral traité à l’usage des séminaristes. Que dirait-il aujourd’hui ? Ce n’est même plus l’impiété voltairienne qui est en cause, mais l’idée largement répandue que la liturgie n’est pas l’ensemble des rites reçus du Verbe éternel de Dieu fait chair, afin qu’ils soient accomplis jusqu’à la fin du monde afin de faire passer la terre au Ciel, mais les formes du culte que le génie de l’Eglise, grâce à l’impulsion première du Christ, ne cesse de mettre au point pour élever les âmes à Dieu.
 
   D’aucun diraient que la différence est ténue ; en réalité, elle est radicale : dans la dernière conception, l’Eglise forge sans cesse la liturgie, tandis que dans la première, elle est la garante de son immuabilité. Dans la perspective moderniste, l’Eglise apparaît comme l’égale de son divin Epoux ; dans la perspective traditionnelle, l’Eglise s’avère le réceptacle passif des Dons de Verbe éternel, et, par cela même – par cette obéissance d’humble Servante du Seigneur –, elle est si bien identifiée à Lui, qu’elle s’en trouve dotée de la plus éclatante infaillibilité.
 
   Les modernes, caractérisés par le changement évolutif, ne parviennent pas à comprendre que ce qui est vrai doit nécessairement être parfait dès l’origine ; la liturgie ayant été donnée à l’Eglise pour l’adoration correcte de Dieu et le salut des âmes, elle est parfaite dès le premier instant de son existence temporelle. Partant, elle ne saurait être améliorée, et encore moins rendue plus efficace. Aussi, les minimes changements que l’on trouve dans sa forme extérieure ne sauraient jamais être pris pour des variations substantielles, affectant les raisons mêmes du Rituel catholique.
 
   Ayant reçu le pouvoir de l’Ordre et appris du Seigneur les Rites sacrificiels qui apaisent efficacement Dieu et qui transforment en lui la créature, les Apôtres les ont transmis à leurs héritiers. Ceux-ci, « ensuite, pleins d’un saint respect pour les disciples et les amis du Sauveur, auraient regardé comme une impiété de modifier la liturgie qu’ils leur avaient prescrite. Donc, la liturgie, telle que nous l’avons aujourd’hui, remonte, au moins dans ce qu’elle a d’essentiel, jusqu’aux Apôtres et à Jésus-Christ lui-même. »
 
   En tant que science des Rites divins confiés par le Christ à ses Apôtres, la liturgie ne saurait faire l’objet de la curiosité du tout-venant, dont la mentalité profane ne manquerait pas de souiller les sacrés Mystères de notre religion, et le mettre lui-même en danger d’être atteint par le courroux divin. Pour oser poser les yeux sur la liturgie, il faut être animé par l’Esprit qui la créa ; nul ne peut comprendre quoi que ce soit aux Mystères divins du christianisme, qui n’est pas catholique romain et qui ne s’anéantit pas devant le Saint-Sacrement, en assistant chaque dimanche à la messe, conformément aux commandements de l’Eglise.
 
   Nul ne devrait être autorisé à étudier la science liturgique, qui fait accéder à la connaissance du Dieu qui est Charité et Feu, avant d’être passé par la Porte salutaire du saint baptême, qui fait mourir et ressusciter dans le Christ. Car, enseigne Notre-Seigneur Jésus-Christ, il ne convient pas de prendre le pain des enfants pour le donner aux chiens.



Ce produit a été ajouté à notre catalogue le samedi 19 janvier 2013.
Critiques
Panier  plus
vide
Nouveautés  plus
Grammaire hébraïque élémentaire, par Mgr Chabot
Grammaire hébraïque élémentaire, par Mgr Chabot
19.50EUR
  mercredi 13 décembre 2017     4422694 requêtes depuis le mardi 21 septembre 2010