Editions - Librairie Catholique - Sainte-Agnès                                                            Accueil Présentation Catalogues Contactez-nous Prières et textes      

  Accueil » Catalogue » • Liturgie » Mon compte  |  Voir panier  |  Commander   
Catégories
• LES INEDITS
• RELIQUAIRES
• Apologétique
• Cosmologie / Vision du monde
• Ecriture Sainte
• Exégèse
• Instruction religieuse
• La famille / Education
• La Grâce
• Le Nom divin
• Linguistique
• Liturgie
• Livres illustrés
• Patristique
• Philosophie & Politique
• Piété
• Religions antiques
• Sacrements et sacramentaux
• Symbolisme
• Textes du Magistère
• Théologie
• Vie des saints
Titres

par ordre alphabétique :

Recherche rapide
 
Utilisez des mots-clés pour trouver le produit que vous recherchez.
Recherche avancée
Le Dies Iræ, histoire, traduction et commentaire, par le P. Charles Clair, sj 22.50EUR
Le Dies Iræ, histoire, traduction et commentaire, par le P. Charles Clair, sj
Cliquer pour agrandir
Le Dies Iræ, histoire, traduction et commentaire, par le P. Charles Clair, sj
Cliquer pour agrandir
 

15 x 21 cm, 189 pages.
 
   Aucune pièce de la Liturgie catholique n’est aussi terrifiante et ne communique l’horreur de la condition humaine avec plus de puissance que les strophes du Dies Iræ, l’hymne des morts. Ce poème épouvantable est le cri de terreur de la créature humaine à la pensée de l’apparition invincible du Souverain Juge des vivants et des morts. Les strophes énumèrent les raisons objectives de l’épouvante qui s’empare de l’homme pécheur, chacune retentissant « comme un coup de tonnerre ou comme un long gémissement du monde à l’agonie. »
 
 
   Sur ce roc théologique vient s’échouer, à peine ébauchée, l’épave de la ritournelle moderniste sur l’ « espoir » dont la Modernité parle tant sans jamais donner de contenu à ce concept de toute façon dénué de sens.
 
   Les sornettes mondaines sur la félicité automatique atteinte instantanément par le défunt qui, par définition, « ne souffre plus », éclatent misérablement sur l’affirmation irréfutable – teste David cum Sibylla – de l’avènement prochain du Tribunal effroyable, où « à peine le juste est sauvé »…
 
La vertu théologale d’espérance est pourtant à son maximum dans le Dies Iræ : elle culmine dans l’invocation finale : Pie Jesu Domine, dona eis requiem. Mais pour être en acte en l’homme, il faut que celui-ci n’existe plus – que son cœur soit dépris de lui-même au point de n’être plus que broyé comme cendres : Cor contritum quasi cinis. Cette humilité véritable, qui n’est pas un vague sentiment d’insatisfaction vis-à-vis de son imperfection, mais bien plutôt la très vive conscience que le simple fait d’exister en-dehors de Dieu constitue les prémices de la damnation : Deus meus et omnia !
 
 
   Le commentaire du P. Charles Clair, devenu difficile à trouver, est une admirable méditation de ces vers terribles dans l’esprit de la Tradition.
 



Ce produit a été ajouté à notre catalogue le jeudi 08 décembre 2011.
Critiques
Panier  plus
vide
Nouveautés  plus
Le Concile de la Grâce. Canons du second Concile d’Orange
Le Concile de la Grâce. Canons du second Concile d’Orange
25.00EUR
  mercredi 18 octobre 2017     4321602 requêtes depuis le mardi 21 septembre 2010